Actualités

Traitement du tabagisme en France, les infirmiers tabacologues très investis !

30/05/2012

Traitement du tabagisme en France, les infirmiers tabacologues très investis !

            En France, le tabagisme est responsable d’environ 66 000 décès chaque année. La prévention du tabagisme représente un enjeu majeur de santé publique. Aujourd’hui, à l’heure où les économies de santé sont primordiales pour l’équilibre de la Sécurité Sociale, le traitement par arrêt du tabagisme a démontré clairement un rapport coût/bénéfice très favorable dans la prévention et le traitement de nombreuses pathologies notamment cardio-vasculaires ou pulmonaires. La tabacologie repose aujourd’hui sur des professionnels référents en particulier  les infirmiers titulaires du Diplôme Universitaire de tabacologie qui se sont investis depuis plusieurs années avec beaucoup d’énergie dans ce domaine de prévention.

 

Quelle est la mission des infirmiers tabacologues ?

            Les infirmières tabacologues ont pour mission d’aider les fumeurs à stopper leur tabagisme, en s’appuyant sur les méthodes scientifiquement validées. Les infirmiers tabacologues occupent une fonction essentielle, en particulier dans les soins aux fumeurs dépendants hospitalisés pour des pathologies consécutives à la consommation de tabac.

 

Quels sont les stratégies d’aide à l’arrêt du tabac ?

            Exercé aux techniques de l’entretien motivationnel, l’infirmier tabacologue accompagne le fumeur dans sa décision en évitant de développer des résistances au changement du comportement. L’entretien a pour objectif primordial de lever les freins du fumeur à tenter l’arrêt du tabac en prenant en compte son vécu et son ressenti. L’infirmier tabacologue est formé à l’abord du patient fumeur pour ainsi renforcer sa motivation en « désamorçant » ses appréhensions, pour enfin le rassurer sur les conditions d’un arrêt du tabac.

            A partir d’un recueil de données, édité par l’INPES et validé par la Société Française de Tabacologie, les conditions de la dépendance (test de dépendance, mesure du monoxyde de carbone dans l’air expiré, dépistage d’une comorbidité dépressive …) sont mesurées, évaluées avec précision, et consignées dans le dossier du patient. Une stratégie thérapeutique peut être alors établie entre le patient et l’infirmier tabacologue. Pour permettre un déconditionnement efficace du comportement, l’infirmier tabacologue accompagne le candidat à l’arrêt sur plusieurs mois, en se référant aux approches des thérapies comportementalistes. Il évalue ainsi divers paramètres pour adapter la stratégie thérapeutique : surdosage ou sous dosage de la substitution, abstinence ou réduction de la consommation, évaluation du syndrome de manque, gestion des situations à risque …

 

Quelles sont les conditions de distribution de la substitution nicotinique ?

            Le traitement de substitution nicotinique, disponible sans prescription médicale dans les pharmacies, offre toutes les garanties de sécurité depuis de nombreuses années. L’ajustement de la posologie de substitution nicotinique pour chaque patient renforce très significativement son efficacité. Dans la réalité quotidienne, les infirmier(e)s tabacologues maitrisent parfaitement cette substitution et de très nombreux professionnels de santé en France (médecins hospitaliers, médecins généralistes, pharmaciens)  suivent l'avis proposé par ces infirmier(e)s dans la stratégie d'aide à l'arrêt du tabac pour leurs patients. Nous ne pouvons que regretter que les infirmières tabacologues n’ont toujours pas le droit de prescrire la substitution nicotinique pour permettre aux patients de bénéficier du remboursement annuel de 50 euros.

 

Les professionnels de santé ont-ils conscience de l’intérêt d’une prise en charge du fumeur ?

 

            Si certains services de soins ont compris l’importance capitale d’un d’entretien motivationnel par des professionnels exercés pour leurs patients afin d’obtenir un arrêt du tabac durable, d’autres n’ont pas encore mesuré l’intérêt de cette prise en charge pourtant largement attestée dans la littérature médicale. Le manque « apparent » de motivation du patient fumeur dissuade trop souvent le soignant de faire appel aux compétences du tabacologue. Les infirmier(e)s tabacologues sont des relais particulièrement efficaces localement pour inciter les professionnels de santé à s’investir dans ce domaine de prévention.

 

            Les infirmiers tabacologues participent par ailleurs, à la formation des professionnels de santé dans les établissements de santé. Ils concourent aussi à la promotion de la tabacologie auprès des médecins généralistes, médecins du travail, pharmaciens, sages femmes, infirmières …

 

En conclusion …

            Le développement du traitement de la dépendance tabagique est un progrès fondamental pour la qualité des soins. Celle-ci est un véritable défit pour la profession infirmière et une urgence de santé publique ! Pour y parvenir, la mission des infirmiers tabacologues doit être indéniablement renforcée dans les établissements de santé pour optimiser ainsi la qualité de prise en charge des fumeurs pour un meilleur pronostic de réussite. En obtenant le diplôme universitaire de tabacologie, ils (elles) ont acquis une compétence indiscutable et reconnue en particulier dans la gestion de la substitution nicotinique et l’accompagnement du fumeur dans sa tentative d’arrêt du tabac dans un vrai partenariat avec les médecins tabacologues. Les infirmiers tabacologues se regroupent au sein de l’Association Française des Infirmières en Tabacologie (AFIT).

 

 

Monsieur HENO Gilles, infirmier tabacologue, CHBA VANNES-AURAY (56)

Président de l’Association Française des Infirmières en Tabacologie ( AFIT )

            tel : 02 97 01 47 26 

            Mail : tabacologie.pneumo@ch-bretagne-atlantique.fr

Bookmark and Share
Sur le même sujet :
Contacter l'Ordre National des Infirmiers
liens vers l'annuaire
Transmission des listes nominatives d'infirmiers salariés
lien pour inscription
Petites annonces