La Matinale de l’Ordre #13 : Le numérique en santé : un enjeu d’accessibilité aux soins pour les patients

21/12/2020

Annonce Matinale de l'Ordre #13 - Le numérique en santé :  un enjeu d’accessibilité aux soins pour les patients

 

La 13ème matinale de l’Ordre National des Infirmiers s’est tenue ce mardi 15 décembre 2020. Patrick Chamboredon, Président de l’Ordre, et Dominique Pon, Conseiller numérique du Ministre de la Santé et Directeur de la clinique Pasteur à Toulouse, ont débattu autour du thème « Le numérique en santé : un enjeu d’accessibilité aux soins pour les patients ». Résumé des échanges.

La nécessité d’accélérer la modernisation de notre système de E-Santé

Alors que les GAFA continuent de se développer, et présentent une menace d’ubérisation pour de nombreux services européens, Dominique Pon fait le constat du retard de la France en matière d’E-santé, en raison d’un manque de volontarisme politique, d’une incapacité à fédérer autour de ce sujet et des réticences pouvant émaner de la population. Ainsi, en l’absence d’un cadre et de règles communes, chaque acteur de santé (médecin, pharmacien, infirmier, hôpital, EHPAD…) possède aujourd’hui son propre logiciel, empêchant une communication fluide et sécurisée des données de santé. De fait, la chaîne des soins connait de nombreuses ruptures.

Afin de répondre à cette problématique, l’Ordre National des infirmiers encourage et alimente depuis plusieurs années des bases de données communes, comme le RPPS. Dans le cadre du Ségur de la Santé, le gouvernement a également annoncé consacrer deux milliards à la modernisation du système numérique de santé au cours des 3 à 5 prochaines années.  Deux enjeux sont au coeur de ce projet de modernisation.

L’enjeu de la reconnaissance des infirmiers au sein du système de soins

L’intégration de la profession au système de soins numérique est un enjeu pour la reconnaissance du rôle des infirmiers dans le parcours de soins. Ainsi, Dominique Pon souligne ainsi : « le numérique sera au cœur de la relation soignants-soignés. Plus les infirmiers accompagneront son développement, seront moteurs, plus ils progresseront dans la reconnaissance de la profession. »

Il convient donc d’articuler le futur système numérique autour d’une mission humaniste, permettant à tous les acteurs du système de santé de s’émanciper et d’avoir un plein accès à l’information afin de garantir une meilleure prise en charge des patients. En ce sens, les infirmières et infirmiers doivent rester mobilisés afin d’être reconnus dans le système de santé numérique et de pouvoir échanger avec les patients, au même titre que l’ensemble des acteurs de santé.  « La première bataille à gagner, c’est que les infirmiers puissent se connecter à tous les espaces existants, pour qu’ils deviennent des acteurs reconnus dans le parcours de soins numérique, et donc in fine dans le parcours de soin tout court », explique Dominique Pon. La formation des infirmiers est un autre cheval de bataille pour la profession : « C’est un sujet majeur. Nous avons loupé un coche il y a une vingtaine d’années. Il faut accélérer la formation à la fois sur les outils techniques et sur l’éthique, la philosophie liée à ces outils. »

Le patient, au cœur du système de E-Santé

« Aujourd’hui, le grand oublié du numérique, c’est le patient lui-même » constate Dominique Pon, rappelant la nécessité de remettre ce dernier au cœur du système de santé numérique. Ainsi, à compter du 1er janvier 2022, tous les citoyens bénéficieront, dès leur naissance, d’un espace de santé numérique individuel au sein duquel l’ensemble des données de santé sera stocké. Afin que le patient reste maître de l’utilisation de ces données, cette base numérique sera garantie et protégée par l’Etat. Les patients auront des identifiants personnels et choisiront eux-mêmes de donner l’accès, ou non, à chaque professionnel de santé. Cette base de données répertoriera par ailleurs des applications de santé certifiées par le gouvernement.

Patrick Chamboredon souligne que cette plateforme permettra l’essor de la médecine prédictive, permettant de favoriser le care plutôt que le cure. Par ailleurs, « L’accès des patients à un espace de santé numérique individuel est facteur de qualité de la prise en charge (…). Il va permettre une prise en charge plus efficace et efficiente, éviter des examens redondants, permettre une qualité de suivi ».

Toutefois, pour y parvenir, le rôle des infirmiers sera essentiel : « On sait que les infirmiers sont les professionnels de santé les plus proches des patients. Ce sont des intermédiaires pour les patients qui vivent la fracture numérique. Leur rôle sera fondamental. »

 

Retrouvez ci-dessous l’intégralité des échanges de la Matinale de l’Ordre #13 : « Le numérique en santé : un enjeu d’accessibilité aux soins pour les patients » :

 

 

Bookmark and Share
Contacter l'Ordre National des Infirmiers
liens vers l'annuaire
Transmission des listes nominatives d'infirmiers salariés
lien pour inscription
Petites annonces