Visioconférence avec Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé

05/02/2021

Visioconférence avec Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé

 

Mercredi 3 février 2021, l’Ordre National des Infirmiers a organisé, conjointement avec le Ministère des Solidarités et de la Santé, une grande visioconférence. Celle-ci a réuni Olivier Véran et l’ensemble de la profession infirmière pour une session de questions - réponses, en présence de Patrick Chamboredon. La mobilisation des infirmiers a été exceptionnelle : 41 000 infirmiers se sont connectés, 500 questions ont été posées en live, et l’Ordre des Infirmiers a reçu près de 1500 mails de questions en amont. « Cet engouement et la diversité des questions reçues montrent bien que ce temps d’échange était attendu, voire même nécessaire » a observé Patrick Chamboredon. Durant une heure, Olivier Véran a répondu à plusieurs dizaines d’entre elles. La vaccination, la lutte contre la covid19, mais aussi la revalorisation de la profession, l’élargissement des compétences ou encore les évolutions de la formation ont été évoqués. Synthèse des échanges.

 

Photo d'Olivier Véran et Patrick Chamboredon à l'occasion de la visioconférence du 3 février

 

Vaccination

  • La vaccination ouverte à tous les soignants de moins de 65 ans dès lundi

Olivier Véran a également répondu aux interrogations concernant l’impossibilité, à date, de se faire vacciner pour les soignants de moins de 50 ans, pourtant en première ligne face aux patients. Pour les vaccins Pfizer et Moderna, explique-t-il, la HAS recommandait de ne vacciner que les soignants de plus de 50 ans, ou avec des comorbidités. Or, aujourd’hui le vaccin Astra Zeneca est recommandé aux personnes âgées de moins de 65 ans. « J’ai donc décidé, avec le Président de la République, que toutes les premières doses de vaccins AstraZeneca en France seront mises à disposition des soignants âgés de 65 ans et moins, à partir de lundi », a annoncé le ministre. 470 000 doses de ce vaccin seront distribuées dès la semaine prochaine dans les centres hospitaliers. Une seconde livraison de 700 000 vaccins sera effectuée 15 jours plus tard.

  • Un décret sur la vaccination à domicile

De très nombreux infirmiers ont soulevé la difficulté, pour les patients les plus âgés ou les plus fragiles, de se déplacer vers les centres de vaccination. « Dès le début de l’épidémie, a répondu Oliver Véran, nous avons mobilisé les collectivités territoriales, les mairies, les CCAS, qui ont des fichiers et qui savent qui sont les personnes les plus fragiles ou isolées, et qui les ont contactées afin de les encourager à aller se faire vacciner ». Le Ministre encourage par ailleurs toutes les modalités d’organisation comme les équipes mobiles, qui existent déjà sur le territoire. Enfin, le ministre a annoncé un décret, à sortir prochainement, sur la vaccination à domicile et pour le remboursement des transports sanitaires pour les personnes qui sont amenées par les soignants. Les infirmières et infirmiers pourront donc se déplacer vers ces publics vulnérables, et vacciner d’eux-mêmes, sans avoir de surveillance médicale. Cette évolution est permise par l’arrivée du vaccin Astra Zeneca, qui se conserve dans un réfrigérateur classique et peut se transporter plus facilement que les vaccins Pfizer et Moderna.

  • Vaccination en entreprise

Le Ministre de la santé se dit également « favorable » et « totalement ouvert » au sujet de la vaccination en entreprise par les services de santé au travail, sous réserve des recommandations de la HAS en la matière.

 

Revalorisation de la profession

« Aujourd’hui, les applaudissements se sont tus, et nous nous sentons oubliés » a déclaré Patrick Chamboredon, en introduction de l’échange. En effet, des centaines d’infirmiers ont fait part de leur sentiment d’abandon de la profession. « Je veux prendre soin de celles et ceux qui prennent soin de nous au quotidien » a répondu Olivier Véran.  

  • Revalorisation salariale

Olivier Véran a tout d’abord rappelé la revalorisation salariale décidée lors du Ségur de la Santé, en juillet. A l’hôpital, les infirmiers touchent ainsi 183 euros nets en plus par mois. Les grilles ont également été revalorisées en moyenne de 35 euros. A cela s’ajoutent 100 euros par mois à travers l’engagement collectif, qui concerne l’ensemble des professionnels de santé sans distinction. Les heures supplémentaires ont été majorées de 50%. Au total, les infirmiers en hôpital recevront donc plus que les 300 euros nets qui étaient demandés, explique Olivier Véran. Dans le secteur libéral, des négociations conventionnelles ont été menées et ont permis la majoration d’un certain nombre de consultations, notamment pour les personnes âgées. Le revenu moyen des IDEL a ainsi augmenté « de manière conséquente cette année » souligne le Ministre. « Je ne dis pas que cela suffit, mais c’est le plus gros geste qui ait jamais été fait dans l’histoire de notre pays ».

Intérimaires, SSIAD, établissements médico-sociaux… n’ont en revanche pas vu leurs revenus augmenter. « Je comprends parfaitement que [ces soignants] se sentent floués et qu’[ils] réclament une valorisation, et je le dis : [ils] vont l’avoir », a annoncé Olivier Véran. « Je souhaite que l’on bouge très vite sur le périmètre des soignants de la fonction publique qui n’ont pas été revalorisés dans le cadre du Ségur ».

  • Extension des compétences

« Ce geste va s’accompagner de la transformation du métier, avec davantage de pouvoir, davantage de possibilité d’évoluer dans la carrière, davantage de coopération, et davantage de droits et de responsabilités. » a déclaré Olivier Véran. "J'ai toujours été surpris de voir qu'une IDE, après 25 ans de métier était obligée de me demander une prescription de paracétamol", a-t-il expliqué, avant de préciser : « J’ai compris que si on touchait une compétence il fallait reprendre tout le décret de compétences. (…) Je suis pragmatique. Et il y a des actes, que je ne comprends pas, en tant que médecin, en tant que ministre, en tant que citoyen, qu’on interdise à des profession paramédicales »

  • Création possible d’une profession médicale intermédiaire

« Je crois profondément à aux coopérations interprofessionnelles et à l’évolution des métiers. (…) Je crois en l’expérience, en la validation des acquis des expériences » a expliqué Olivier Véran, jugeant ainsi que les IPA sont un pas de plus vers les coopérations interprofessionnelles. En ce sens, le Ministre a confié, à l’issue du Ségur de la Santé, une mission exploratoire à Patrick Chamboredon, Président de l’Ordre National des Infirmiers, et à Patrick Bouet, Président de l’Ordre National des médecins, pour la création d’une nouvelle profession médicale intermédiaire. Olivier Véran réaffirme son ouverture à ce sujet.

 

Formation en soins infirmiers

Enfin, Olivier Véran a annoncé une augmentation du nombre d’infirmiers et d’aide-soignant en formation, et une amélioration des conditions d’apprentissage des infirmiers : rénovations des IFSI stabilisation de conventions avec les hôpitaux, et moyens supplémentaires consacrés à des équipements de simulation pour former les jeunes infirmiers. 

L’Ordre National des Infirmiers salue la mobilisation exceptionnelle des infirmiers lors de ces échanges, et se réjouit des annonces qui y ont eu lieu. Il reste vigilant et mobilisé pour poursuivre l’amélioration des conditions d’exercice des infirmiers, veiller à leur évolution de carrière et reconnaitre l’ensemble de leurs compétences. « Vous nous avez dit que vous n’étiez pas fermé sur les questions d’évolution de la profession : j’en prends acte » a conclu Patrick Chamboredon.

 

L’intégralité de la visioconférence :

Bookmark and Share
Sur le même sujet :
Communiqué de presse : Face aux infirmiers, Olivier Véran annonce de nouvelles mesures sur la vaccination et réaffirme son engagement en faveur de l’attractivité de la profession
Je m'informe
Contacter l'Ordre National des Infirmiers
liens vers l'annuaire
Transmission des listes nominatives d'infirmiers salariés
lien pour inscription
Petites annonces